Le Bavard

Le BavardAdaptation du célèbre récit de Louis-René Des Forêts, Le Bavard, paru au sortir de la guerre, est un long monologue, jubilatoire, destructeur, qui nous entraîne  l’espace d’une nuit, d’un cabaret enfumé à un parc enneigé et désert à la rencontre d’une musique et de l’enfance. 
C’est l’histoire d’un désir, violent et nécessaire, comme une crise, une envie de vomir : le désir de parler…
Mais aussi le dévoilement du plus gros mensonge, la littérature elle-même.
Parler jusqu’à l’épuisement total du sujet : le Narrateur
L’espace de la représentation, c’est celui d’un de ces lieux de paroles : un bar, un café, un endroit anonyme…

Accédez à la Galerie Photo en cliquant ici.

"Je présume qu’il est arrivé à la plupart d’entre vous de se trouver saisi au revers de la veste par un de ces bavards…Examinons de près cet homme. Qu’il éprouve le besoin de parler et pourtant qu’il n’ait rien à dire…voilà qui mérite réflexion. Cet individu n’a strictement rien à dire et cependant il dit mille choses. Tout se passe comme s’il était atteint d’une affection à laquelle il serait impuissant à apporter un remède. Eh bien, j’ose dire que j’appartiens précisément à cette espèce de bavard."

"…Tout le monde comprendra que je ne puisse me borner à ouvrir la bouche pour produire des sons inarticulés ou pour aligner tout arbitrairement des mots sans suite… Un bavard ne parle jamais dans le vide, il a besoin d’être soutenu par la conviction qu’on l’écoute, fut-ce machinalement."

Adaptation et interprétation : Jacques Germain
Collaboration à la mise en scène : Danielle Stéfan et Dominique Chevé
Coproduction : Théâtre de Lenche (Marseille) – création 2006
Diffusion : Théâtre de Lenche, TPM, LAM (Marseille) – Théâtre du Sablier (Orange)
Conception du visuel et photos : Gabriel Germain

Revue de presse

"Bonjour, bonjour à tous ! Dans « Le Bavard », un texte sidérant, ébouriffant de Louis-René des Forêts, qu'il a adapté à la scène et qu il a interprété toute cette semaine (et jusqu'à ce samedi 29 avril à 20 h 30) au théâtre de Lenche, le comédien Jacques Germain - que j'ai toujours connu excellent, toujours infiniment sensible et intelligent, et dans tous les emplois - se livre à un exercice fascinant, non seulement parce qu' il y a monologue sans interruption 90 minutes durant, et c'est une performance extraordinaire, mais d'abord parce qu’il sert le « bavardage » aussi dense que subtil de l'auteur avec un sens inouï des nuances, avec une virtuosité dans les changements de sens et de ton, avec une vérité poétique proprement confondants. Et c'est prodigieux. C'était mon petit hommage à un grand acteur. Pour ouvrir le numéro 122 de « Sorties Vieux Port".
Sorties Vieux Port - Jacques Bonnadier

"On le croit sur paroles Jacques Germain, ce « Bavard » intarissable qui se produit seul sur la scène du Lenche…Dans un long monologue superbement servi par le magnifique texte de Louis-René des Forêts…Simple, efficace, émouvant. On n’en demandait pas davantage pour être conquis."
Marseille L’Hebdo – P.F.

"Ceux qui ont assisté à la première du spectacle du Sablier n’ont pas pu être insensibles à la performance de Jacques Germain, acteur unique du « Bavard », occupant superbement la scène pendant plus d’une heure sans avoir rien à dire. Rien à dire, vraiment ?..."
La Provence

Accueil > Théâtre > Spectacles > Le Bavard