En compagnie de Prévert

En Compagnie de PrévertLettre des îles Baladar et autres Paroles mises en musique.
Et la comédienne – chanteuse juchée sur son échelle et le pianiste, son complice, vous embarquent, en musique, vers "la Petite île de rien du tout"…. cette petite île où "le bonheur se baladait comme un enfant du pays"… jusqu'au jour où la nouvelle se répandit sur le Grand Continent : IL Y AVAIT DE L'OR DANS L'ÎLE...
A travers ces histoires de pêcheurs de thon, de chasseurs de paons, de bâtisseurs de pont, de singe-balayeur, de perroquet bleu-rouge-ou-blanc…. c'est l'exploitation des richesses et des hommes qui est dénoncée et c'est bien du droit aux peuples à disposer d'eux-mêmes dont nous parle Jacques Prévert.
En écho à cette histoire, pas si naïve que ça, des chansons, poèmes de Prévert mis en musique par Joseph Kosma : "En sortant de l'école", ou encore "Le désespoir est assis sur un banc" sans oublier "La pêche à la baleine" ni "Inventaire" et son raton laveur!

Téléchargez le dossier de presse en cliquant ici.

Accédez à la Galerie Photo en cliquant ici.

Adaptation : Danielle Stéfan et Joëlle Cattino - mise en scène : Jacques Germain - création 2002
Diffusion : Théâtre Gyptis, Théâtre de Lenche (Marseille) -Théâtre du Sablier (Orange) - École de Musique de Port-de-Bouc
Conception du visuel et photos : Gabriel Germain

Revue de presse

"En (très bonne) compagnie de Prévert : …Il fallait un tel dénuement, pour apprécier à sa juste valeur ce spectacle vibrant de sensibilité…la construction du spectacle est habile…Beaucoup de talent, de fraîcheur, de spontanéité qui naissent de la parfaite osmose entre le pianiste et la conteuse-chanteuse, la musique et la poésie. Un bel hommage au poète libertaire et militant qu'a été Prévert."
La Marseillaise - A. Richter.

« Cela commence comme un conte pour enfants « Autrefois, il y a longtemps... » et les enfants peuvent l'écouter. Mais à travers ces histoires d'animaux, qui parlent de pêcheurs de thon, de chasseurs de paons, de bâtisseurs de pont, c'est l'exploitation des richesses et des hommes qui est dénoncée. Le colonialisme opposé au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes…
…la comédienne passe du récit au chant et peut tout naturellement y glisser douze poèmes tirés du recueil "Paroles" et mis en musique par Kosma. Hubert Reynouard, pianiste, ne se contente pas du rôle d'accompagnateur : il intervient, il improvise. »
La Provence - D. Doux.